13/11/2010

Toilettes sèches (Renaud)

A force de réflexion et d'avancée par petits pas, nous venons de passer aux toilettes sèches pour des raisons écologiques que le site http://www.eautarcie.com/ explique mieux que moi. Pour la réalisation pratique, nous nous sommes documentés sur internet avant de commencer (notamment sur http://www.eautarcie.com/ ) et nous nous sommes basés sur le fascicule des Amis de la Terre (http://www.amisdelaterre.be/spip.php?article322 ). Nous avons également parlé avec quelqu'un qui en utilise chez lui.

La formule de toilettes sèches que nous avons retenue est les toilettes à litière biomaitrisée (TLB) où le mélange d'excréments et de copeaux de bois sont compostés dans le jardin jusqu'à l'obtention d'un humus (après 2 ans) qui peut être utilisé dans le potager.

Afin de limiter les dépenses, j'ai fabriqué moi même une toilette sèche plutôt que d'en acheter une toute faite, nous voulions aussi quelque chose de moins encombrant que celui qui est présenté sur le site des Amis de la Terre. Egalement pour limiter la dépense et pour faire un essai afin de voir si cela nous convenait. Dans un premier temps, nous utilisons un seau en plastique de ménage que nous avions, avec l'inconvénient d'être un peu petit (10 litres). Les seules choses achetées sont le panneau de contreplaqué de 3.6 mm qui a été cintré et la planche de WC car de toute façon la planche du WC à eau de l'étage est cassée et elle doit être remplacée même si nous ne restions pas sur l'idée des toilettes sèches.

IMG_6423.JPG

Le dessus, le dessous et la structure intérieure sont faites à partir de chutes de travaux antérieurs le tout collé à la colle à bois. La structure qui permet de mettre le seau à hauteur et de le maintenir a été vissée afin de pouvoir être remplacée le jour où nous utiliserons un seau plus grand. Une barre horizontale amovible permet de maintenir le seau en place durant son utilisation.

IMG_6426.JPG

Pour l'utilisation, on dépose au départ une couche d'environ 10 centimètres de litière bien tassée au fond du seau de la toilette. Avant d'uriner, il faut mettre deux poignées de litière dans le seau pour absorber l'urine, après être allé à selle, il faut couvrir les selles avec une feuille de papier de toilette et un peu de litière. Lorsque le seau est plein, on le vide dans un compost prévu à cet effet. L'urine doit être entièrement absorbée par la litière, il ne doit pas y avoir de liquide qui s'écoule du seau (c'est alors le signe qu'il n'y avait pas assez de litière au début) et la litière doit être entièrement humide, si ce n'est pas le cas, c'est qu'il y en avait trop.

Un autre aspect des toilettes sèches est le compostage, grâce à un voisin, nous avons récupéré des palettes afin de faire le compost, comme préconisé, le fond du compost est en contact direct avec la terre (pas de dalles en pierre ou autres au fond), nous avons retourné la terre et nous avons mis environ 30 cm de paille. Après beaucoup d'hésitation sur l'emplacement du compost, pour qu'il soit à la fois facile d'accès, qu'il n'encombre pas le jardin et qu'il ne nécessite pas d'être déplacé pour la suite des aménagements que nous voulons faire dedans, nous avons fini par trouver une place optimum qui imposera que le compost ne dégage pas d'odeur forte.

A partir de là, prêt à commencer, je dirais quasiment qu'il faut avoir "la foi" dans le fait qu'il n'y aura pas d'odeur désagréable qui viendra de la toilette sèche et que le compost en se décomposant ne répendra pas une odeur douteuse dans tout le jardin, c'est un aspect qui peut freiner voir d'empêcher de sauter le pas.

Expérience faite, il n'y a aucun problème d'odeurs, ni du coté de la toilette ni du coté du compost. Le seul moment où il y a une petite odeur c'est lors de la vidange du seau, avant de recouvrir les fèces de copeaux de bois. Sans surprise, notre seau de 10 litres est un peu petit et se remplit vite, on a donc investi dans des seaux de 15L en inox (les plus grands que nous avons trouvé au prix relativement accessible de 49 euro par pièce), car cette matière ne se marque pas comme le plastique et ne garde pas les odeurs. Il va donc falloir fabriquer une nouvelle TLB sur base de ces nouveaux seaux afin de pouvoir remplacer le wc de la salle de bain, ensuite on verra si la toilette actuelle peut être adaptée pour mettre un seau de 15L dedans et la transférer au rez-de-chaussée.

Notre choix pour une TLB est parti du principe que l’eau des wc représente environ 20% à 30% de la consommation d’eau (potable dans beaucoup de cas) d’un ménage, ce qui nous paraissait énorme dans le cadre d’une réflexion sur comment diminuer sa consommation d’eau (potable ou non).

L'intérêt des toilettes sèches est aussi de recycler/valoriser des matières qui habituellement sont rejetées à l'égout et nécessitent des opérations d'épuration des eaux usées et d'eviter d'acheter de quoi faire un apport de compost dans le jardin.

14:44 Écrit par Laurence & Renaud dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour,

votre toilette est superbe ! Auriez-vous par hasard conservé des croquis avec les dimensions des différents éléments ? Si c'est le cas, je suis vivement intéressée. J'aimerais réaliser un toilette semblable.
Merci

Écrit par : Fred | 23/05/2013

Bonjour,

je trouve aussi vos toilettes particulièrement belles!
Tout en rondeur et blanche, c'est la toilette de mes rêves!
Pourriez-vous préciser comment a été obtenu ce rendu esthétique?
Du bois cintré si j'ai bien deviné?
Et ensuite un enduit ou une peinture? écologique et lavable?
:o)
D'avance merci pour vos lumières et vive la simplicité heureuse!

Céline

Écrit par : Céline | 23/09/2014

Les commentaires sont fermés.