08/02/2011

Retraite à Wavreumont – Thème moins de biens plus de liens (Laurence)

Fin septembre nous avons participé à un week-end de retraite au Monastère Saint-Remacle de Wavreumont :

IMG_6458.JPG

Nous avions une chambre commune comme tous les couples, mais très sobre, en même temps on ne s’attendait pas à autre chose dans un monastère :

IMG_6448.JPG

Le coin évier :

IMG_6449.JPG

Vue depuis la porte :

IMG_6454.JPG

Le couloir avec les douches et toilettes au bout :

IMG_6456.JPG

Vue depuis le couloir :

IMG_6457.JPG

Nous sommes arrivés le vendredi soir, juste à temps pour le souper, et l’on a tout de suite été mis dans le bain de la vie en communauté. Il y avait deux longues tables autour des quelles chacun pouvait s’installer. Les gens s’installaient dans l’ordre dans lequel ils arrivaient, ce qui fait qu’on avait à chaque repas des voisins différents. A la fin du repas, chacun a participé, soit à débarrasser la table, soit à essuyer la vaisselle (ils avaient une machine qui nettoyait la vaisselle assez rapidement), soit à dresser la table pour le petit-déjeuner. Et ça s’est passé ainsi pour chaque repas.

Le vendredi soir, on a eu une présentation générale de ce qu’allait être ce week-end, et chacun des participants a présenté son voisin après avoir d’abord discuté un peu avec lui pour le connaitre (on était aux alentours de 45). Pour moi ça a été la grosse surprise parce qu’on n’était pas tellement à être déjà impliqué dans la simplicité volontaire. Certains étaient là parce que le sujet les avait interpellé, d’autre parce que leur conjoint était déjà impliqué et qu’il leur avait été suggéré de participer afin de mieux comprendre ce dont il s’agissait.

Cette diversité des participants a été intéressante parce que ça amenait des points de vue très différents, d’un autre côté, on se sentait parfois agressé par des personnes qui ne partageaient pas du tout notre point de vue et nous critiquaient ouvertement, entre autre par rapport au fait qu’on embarquait un enfant de force dans ce choix de vie.

Il avait aussi été précisé lors de cette première soirée, qu’il fallait être présent mentalement, là où l’on décidait de mettre nos pieds. Si on assistait à une session proposée, on était vraiment là et pas à vagabonder intérieurement ailleurs, si on préférait profiter de la campagne environnante, lire un livre ou se reposer, il nous était demandé de plutôt faire cette autre activité. Cette réflexion a vraiment fait écho en moi, et j’essaye de l’appliquer maintenant même en dehors de cette retraite.

Le samedi matin on a eu une présentation plus détaillée sur ce qu’était la simplicité volontaire, les différents aspects que ça peut toucher. C’était vraiment bien parce que c’était une présentation assez différente de ce que l’on avait eu l’occasion d’entendre jusqu’à présent bien qu’elle soit donnée par la même personne.
Pendant la pause de midi on en a profité pour se promener un peu, le temps était très pluvieux ce week-end là, mais on a quand même réussi à se promener régulièrement. A pied à l’arrière du monastère :

IMG_6461.JPG

Ensuite on est passé dans des petits exercices concrets :

Premier exercice:
- Tout d’abord identifier 3 valeurs fondamentales et 3 besoins (à faire seul)
- Ensuite faire notre horaire de la semaine qui venait de s’écouler (à faire seul)
- Comparer cet horaire avec nos valeurs et nos besoins et en discuter avec notre voisin

Deuxième exercice :
- Imaginer la pièce idéale et la représenter (à faire seul)
- Identifier ce dont on aurait besoin, ce qu’il faudrait supprimer, et quelles sont nos compétences pour faire cette pièce idéale avec l’existant (à faire seul)
- discuter de ces deux points en petit groupe de 3-4

A chaque fois que l’on avait des exercices « en groupe » il nous était demandé de les faire avec des personnes que nous ne connaissions pas, avec lesquels on n’avait pas encore discuté.

Un petit tour avant le souper :

IMG_6467.JPG

IMG_6469.JPG

Le samedi soir, Michèle Moreau, une conteuse, est venu nous conter « La princesse, le corbeau et moi » sur base d’un conte des frères Grimm. C’était tout simplement magnifique ce qu’une personne seule, sans décor ni accessoire peut faire.

Dimanche matin, on commençait par la messe, non-obligatoire, donc on a pris le risque d’aller se promener (en même temps on était bien équipé en veste de pluie et chaussures de marche) :

IMG_6474.JPG

IMG_6476.JPG

En se promenant, on a rencontré des canards :

IMG_6486.JPG

Et d'autres animaux :

IMG_6487.JPG

Au retour le temps s’est un peu levé :

IMG_6492.JPG

On a ensuite fait un exercice déambulatoire. L’organisatrice lisait un texte et l’on devait tous marcher dans la pièce, sans rien dire. Au début ça allait bien parce qu’on marchait lentement, mais quand elle nous a demandé d’accélérer le pas, j’ai du sortir du groupe sinon j’allais faire une crise de panique. On devait s’arrêter de temps à autre face à une personne et « communiquer » avec elle soit uniquement par le regard, ou le touché des mains, etc en fonction de ce que l’on nous disait mais jamais par la parole. C’était vraiment très intense comme moment.

Le dernier thème que l’on a abordé, c’est l’aspect « plus de liens » grâce à différentes initiatives auxquelles on peut participer :
- GAC
- SEL
- Friperie
- Bibliothèque sans locale
- Habitat groupé
- Potager/verger collectif

Suite à cette présentation, on a été divisé en deux groupes où l’on simulait une rencontre entre voisins et où chacun disait ce dont il avait besoin ou ce qu’il pouvait apporter aux autres comme services/biens à prêter, etc

On nous avait dit au début du week-end qu’il serait axé sur le concret, et ça a vraiment été le cas pour nous. En plus d’échanges très enrichissants, ce week-end nous a apporté pas mal de pistes de réflexions ou d’actions :
- encore et toujours le temps de travail, et plus j’y pense, plus j’aurais envie de passer en 3/5 ième
- la réorganisation au départ uniquement du salon, mais plus on y réfléchit et plus on envisage de réorganiser progressivement la maison, afin entre autre d’optimiser les pièces à chauffer, et créer un espace de stockage non chauffé mais hors-gel pour pouvoir y mettre tout ce qui est alimentation dans de meilleures conditions de conservation.
- le transfert de nos épargnes respectives vers une banque qui garantit un minimum de transparence et qui finance des projets durables dans les secteurs de l’environnement, du social, de la santé et de la culture.
- j’ai aussi pris conscience du point auquel les portables étaient envahissants, et qu’il y avait tout à fait moyen de s’en passer ou de diminuer considérablement son utilisation. Mais je ferai un message à part entière pour traiter de ce sujet.

16:59 Écrit par Laurence & Renaud | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.